MENU

Girl Power : sorcières ?

PARTAGER :

L’héritage des sorcières

 

Persécutées pendant des siècles, les sorcières ont de tout temps fait parler d’elles. Symboles subversifs des féministes dans les années 70, elles ont montré la voie de la liberté, celle du respect de la nature, et défendu un rapport différent au corps et à la sexualité. Souvent guérisseuses ou sages-femmes, elles ont su s’affranchir des règles imposées par les hommes pour vivre pleinement leur féminité et aider d’autres femmes opprimées. Si on leur a prêté des pouvoirs surnaturels, c’est parce qu’elles étaient capables d’utiliser la richesse de la nature, de manier les énergies et de se transmettre entre elles le fruit de leurs expériences.

Dans son très joli livre Âme de sorcière ou la magie du féminin, paru aux éditions Harmonie Solar, Odile Chabrillac nous invite à explorer le monde étrange et invisible de ces femmes au destin singulier et de s’initier à quelques-uns de leurs rituels pour transformer nos vies.

 

Illustration d'Anne Suze pour illustrer la sorcellerie

©Anne Suze, alias Nouchka

 

Étymologiquement, le mot « sorcière » signifie « diseuse de sorts ». Leur réputation sulfureuse provient essentiellement de leur maîtrise des plantes qui pouvaient tantôt être remèdes et tantôt être poisons. Les sorcières ont lutté de tout temps pour que les femmes s’élèvent contre la domination masculine et l’autocensure. Elles ont aussi œuvré pour que les femmes soient à l’écoute de leur féminité, de leurs intuitions et de leurs ressentis. Entre le Vème et le XVIII ème siècle, plus d’un demi-million de femmes ont été condamnées à mort pour avoir pactisé avec le diable. Dès 1487, le traité Malleus Maleficarum, appelé également « marteau des sorcières », apportait un cadre théologique et juridique pour les condamner. A une époque où les catastrophes humanitaires et naturelles étaient multiples, ces femmes puissantes et influentes, donc dangereuses, étaient des boucs émissaires parfaits. Elles incarnaient à la fois une menace pour les religieux et le système patriarcal en général, mais aussi pour le corps médical, essentiellement masculin, car elles avaient une connaissance empirique de la médecine.

 

« Libertaires et féministes, les sorcières ont toujours voulu reprendre le pouvoir aux hommes et devenir actrices du changement. »

 

Méditation, concentration, visualisation

Le Livre des Ombres, un recueil de textes magiques, propose d’ailleurs mille façons de s’approprier les énergies, les plantes, les herbes, les métaux et les pierres. En outre, les sorcières disposaient librement de leur sexualité, connaissaient des techniques contraceptives et pratiquaient parfois l’avortement. Dans les années 60, sous l’influence de Starhawk, une altermondialiste féministe pratiquante de la Wicca, le mythe des sorcières blanches est réapparu. La Wicca est un mouvement religieux né au début du xxe siècle basé sur l’ancienne religion païenne qui s’appuie sur le chamanisme, le druidisme, les mythologies gréco-romaine, slave, celtique et nordique. Depuis lors, dans la plupart des pays occidentaux, il existe de petits groupes de femmes qui se réunissent pour jeûner, méditer, danser, chanter, utiliser et partager leur savoir en toute humilité et faire des demandes communes. Leurs réunions sont basées sur l’ouverture, la quête de sagesse, le développement des pouvoirs et l’amélioration de son rapport au corps. Grâce à un apprentissage rigoureux et une croyance indéfectible en la magie, elles parviendraient à accomplir des actes hors du commun grâce à un mélange de méditation, de concentration et de visualisation.

 

Les racines du féminisme

Libertaire et féministes, les sorcières ont toujours voulu reprendre le pouvoir aux hommes, devenir actrices du changement et sortir du statut de victime. Le monde de la magie est un système matriarcal qui porte aux nues la féminité, la fécondité, la nature et la Terre. Depuis l’origine de l’humanité, le fait que les femmes aient leurs règles est une preuve de leur faiblesse et de leur caractère passif. Les hommes ayant besoin des femmes pour se reproduire, les femmes sont vite devenues une ressource nécessaire qu’il fallait se partager. Rien de tel que le dénigrement et la privation de liberté pour y parvenir… C’est ce que l’anthropologue Françoise Héritier appelle le modèle dominant archaïque. Encore aujourd’hui, les inégalités entre les hommes et les femmes perdurent et il est toujours difficile d’admettre qu’une femme puisse être à la fois brillante, autonome et aimable. L’archétype de la sorcière puissante, donc dangereuse, perdure aujourd’hui dans le monde de l’entreprise. Pour la politologue Sophie Heine, la justesse d’une société s’évalue à sa capacité à garantir la liberté à l’ensemble des individus qui la compose et par un état de non domination. Les sorcières ont été bannies car elles n’autorisaient pas suffisamment les hommes à interférer dans leurs choix de vie.

 

Illustration d'Anne Suze pour illustrer la sorcellerie et ses liens avec la nature

©Anne Suze, alias Nouchka

 


Lilith, la première sorcière ?

Dans la tradition juive, Lilith était la première femme d’Adam, une démone de l’amour, de la sexualité et de la mort. Créée par Dieu de la même terre qu’Adam, Lilith considérait qu’elle était son égale et refusa de se mettre sous lui au moment de faire l’amour. La querelle qui s’en suivit poussa Lilith à quitter le jardin d’Eden pour une caverne près de la mer Rouge. Pour la punir, Dieu ordonna de tuer cent de ses enfants tous les jours. Trois anges partirent à sa recherche pour lui faire changer d’avis, en vain. Devant ce refus, les anges négocièrent un pacte : ils lui donnèrent le droit de tuer tous les enfants mâles jusqu’à leur circoncision et tous les enfants femelles jusqu’à vingt jours. En contrepartie, elle devait épargner les enfants qui portaient des amulettes avec le nom des trois anges. Depuis lors, Lilith est le symbole de la lutte contre l’oppression masculine. Lilith avait pour réputation de voler à travers la nuit, les cheveux au vent. Ne serait-elle pas finalement à l’origine du mythe de la sorcière ? En tout cas, on la retrouve dans différentes mythologies, sumérienne et babylonienne notamment.

 


 

Les bases de la sorcellerie selon Odile Chabrillac

 

Avoir foi en la magie

Selon Odile Chabrillac, « la véritable magie est un art spirituel dont l’objectif est d’unir l’esprit avec la matière, grâce à l’énergie de l’amour, pour que la matière finisse par donner vie à la puissance de l’esprit ». Il faut harmoniser ses vibrations avec celles du cosmos pour éprouver une joie pure et intense. Les pratiques énergétiques comme le qi gong, le yoga ou le tai chi utilisent les faisceaux d’énergies qui nous entourent. Pour les sorcières, le temps des lunes qui sont souvent celles de leurs règles est la période où elles sont le plus réceptives. Ces quelques jours de pleine lune boosteraient visions, rêves et intuitions. En magie, le sang des règles est considéré comme un concentré du pouvoir féminin. Il est utilisé dans certains rituels pour obtenir ce que l’on souhaite, délimiter un territoire d’influence et rendre fou d’amour l’homme de son choix.

 

Dévoiler sa nudité et vivre une sexualité épanouie

Pour les sorcières, la nudité est un atout pour s’accepter telle que l’on est sans artifices et avec toutes ses imperfections. Après quelques jours d’habituation, elle permet aux femmes de retrouver toute leur énergie et leur puissance. Elle nous rappelle que nous sommes vulnérables, mais aussi que notre corps est une source de plaisir. Selon les études, le naturisme en groupe procure bienfaits psychologiques et estime de soi. Mais si les sorcières étaient si pourchassées au XVème, XVIème et XVIIème siècle, c’est surtout parce qu’elles étaient sexuellement libérées. L’État punissait alors par la peine de mort l’avortement, alors qu’il avait décriminalisé le viol pour les individus les plus pauvres. Les plaisirs charnels étaient considérés comme des pêchers. D’après le Malleus Maleficarum, les sorcières avaient le vagin insatiable. Les puritains se sont surtout érigés contre les rites païens des campagnes comme les fiançailles à l’essai qui permettaient aux paysans de cohabiter pendant un an avant d’officialiser leur union. Le sabbat (ou fête sacrilège) prenait en fait la forme de rassemblements populaires qui finissaient parfois sur des débordements sexuels. Pour éviter la transe maléfique, la réforme catholique du concile de Trente avait interdit les danses en rond telles que la sardane. En réalité, les procès en sorcellerie punissaient surtout des femmes dénoncées par leur mari parce qu’elles étaient infidèles. Il faudra attendre les années 70 et l’avènement de la pilule pour que la gent féminine puisse enfin mener ouvertement une sexualité choisie.

 

Illustration d'Anne Suze pour illustrer un rituel de sorcellerie

©Anne Suze, alias Nouchka

 

Coopérer avec Mère nature

L’univers de la sorcellerie fait le pari de la coopération entre la nature et l’humain. Les sorcières croient que tous les éléments de la nature ont une énergie. Ce qui fait de la forêt l’endroit idéal pour méditer, prendre du recul et développer ses dons. Le Shinrin-yoku ou bain de forêt, utilisé au Japon comme médecine préventive est particulièrement prisé des sorcières depuis la nuit des temps. Parallèlement, les sorcières ont toujours cultivé leur jardin et pratiqué la permaculture. Le principe essentiel est de positionner au mieux les plantes médicinales et les plantes alimentaires pour concevoir des installations harmonieuses, économes en travail et en énergie. La sorcière est avant tout une faiseuse de remèdes, de potions, d’élixirs et d’huiles essentielles pour se maintenir en bonne santé ou restaurer l’harmonie. Chaque préparation répond à des règles très strictes : moment de la cueillette, prières, offrandes spéciales, restrictions alimentaires ou sexuelles. Aujourd’hui encore, un quart des médicaments prescrits dans le monde sont réalisés à partir de substances végétales et plus de 80 % de la population de la planète a toujours recours à des dérivés de plantes pour se soigner…

 

Suivre son intuition et observer les synchronicités

Le mot « intuition » vient du latin intueri qui l’on peut traduire par « regarder à l’intérieur ou contempler ». Quand l’âme fonctionne en mode spontané, on parle d’intuition. Les chercheurs distinguent plusieurs types de perception extrasensorielle : l’information reçue d’une autre personne (télépathie), l’information reçue à propos du futur (précognition pour les émotions et prémonitions pour les émotions et ressenties), l’information reçue du passé (rétrocognition). En se reliant le plus souvent possible à ses émotions, on muscle son pouvoir d’intuition. Ce sont les informations disponibles dans l’inconscient qui sont traitées à la vitesse de l’éclair. Les sorcières croient à l’intuition, mais aussi à la synchronicité que Odile Chabrillac définit comme la survenue d’une heureuse coïncidence, l’occurrence simultanée d’au moins deux événements qui ne présentent pas de liens de causalité, mais dont l’association prend une signification pour celui qui la perçoit. Elle nous ouvre à d’autres dimensions comme si la vie voulait nous dire quelque chose, comme si il y avait un dialogue entre le monde visible et invisible, comme si nous disposions d’un sixième sens pour se reconnecter au sens de la vie.

 

Alterner solitude et sororité

Savoir se mettre en retrait, sortir de la dépendance aux autres et quitter l’espace de représentation permet de se relier à soi sur tous les plans (corporel, émotionnel, affectif, cognitif, fantasmatique et spirituel). Comme le dit l’auteure d’Âme de sorcière, il faut partir en territoire intérieur pour retrouver son pouvoir et sa puissance. Les sorcières fonctionnaient toutefois en sororité avec d’autres femmes ayant les mêmes affinités et des vécus semblables pour s’émanciper, travailler ensemble et créer une alchimie féminine. Les sabbats leur permettaient de faire bloc face à un monde hostile, de s’épauler, d’apprendre les unes des autres et de se sentir traitées en égale. Elles avaient l’impression de travailler à un intérêt supérieur commun.

 


Le B.A.-BA du Sabbat

Les rituels de magie débutent toujours par un jeûne ou une détox, de la méditation et de la visualisation pour se connecter à la terre. Puis, les participantes se libèrent des pressions du quotidien en entrant en mouvements grâce à la musique. Un cercle sacré est alors défini pour invoque les quatre éléments : air, terre, eau, feu.

Ensuite, chacun formule sa demande à voix haute, en l’écrivant ou en la dessinant. Ensuite, toutes les personnes présentes font monter le pouvoir par la respiration, la transe, la danse, la musique et le chant. Elles vont alors focaliser leur énergie sur une image, une action, un symbole ou un acte spécifique. Quand cette dernière semble avoir atteint son sommet, vient le moment de rendre le pouvoir à la Terre avec ses mains et son corps. Avant de se séparer, les sorcières boivent et mangent ensemble pour profiter de ce moment précieux, expriment leur gratitude, puis rouvrent le cercle pour revenir à un espace-temps ordinaire.

 


 

6 rituels pour mettre un peu de magie dans votre vie

D’après le livre Âme de sorcière ou la magie du féminin.

 

Couverture du livre Âme de sorcière, écrit par Odile Chabrillac

 

  1. Purifiez-vous. Il faut se délester de ses mauvaises habitudes et apprendre à se protéger des énergies et émotions négatives de son entourage. Il est important de se détoxifier régulièrement. Tous les rites de sorcellerie commencent par quelques heures ou quelques jours de détox, des bains et des fumigations. Commencez par éliminer les aliments néfastes comme la viande, l’alcool, les sucreries et les produits industriels. Abandonnez vos écrans pour aller vous faire dorloter dans un spa, vous reposer ou pratiquez le yoga ou la méditation. L’idéal, c’est de faire deux cures de purification par an : l’une au printemps et l’autre à l’automne. En cas de coup dur, faites-vous un gommage au gros sel non traité pour vous débarrasser de vos émotions négatives. Vous pouvez également disposer des bols de sels dans chaque pièce de votre maison, brûler des feuilles de sauge ou des branches de romarin. Enfin, apprenez à respirer par le ventre en visualisant une connexion avec la Terre pendant quelques minutes quotidiennement.

 

  1. Mettez-vous au vert. Offrez-vous un bain de vitamine G (Green) en allant vous promener en forêt ou en jardinant quelques minutes par jour. Il suffit de quelques plantes sur un balcon pour en tirer les premiers bénéfices. Ce n’est pas un hasard si les êtres humains cultivent des fleurs depuis plus de 5 000 ans. Si vous voulez pratiquer la magie blanche, vous pouvez aussi investir dans des herbes pour vous faire des infusions, des bains relaxants ou confectionner des onguents (une substance grasse à base de graisse végétale, de plantes réduites en poudre et d’huiles essentielles), des huiles essentielles ou de l’encens.

 

  1. Vibrez ! Le taux vibratoire est votre indicateur d’énergie. En l’augmentant, vous démultiplierez vos capacités à atteindre vos objectifs. Un bon taux vibratoire rime avec intuition, chance et enchaînements d’heureux hasards. Les informations négatives véhiculées par les médias, l’abus d’écrans, les produits addictifs, les ondes électro-magnétiques et la pollution le baissent. A contrario, la méditation, la danse, le chant, le yoga, les massages, la respiration consciente et la marche en pleine nature ont le pouvoir de l’augmenter. Toutes les activités relaxantes qui vous plaisent peuvent également être des boosters d’énergie. Apprenez aussi à lâcher prise en exprimant vos émotions refoulées à travers l’écriture, le chant ou la peinture. Et, n’oubliez pas d’exprimer votre gratitude et de dorloter votre lieu de vie en le rangeant, le nettoyant et l’agrémentant de plantes…

 

  1. Ayez confiance en vous. La confiance en soi dépend souvent du lien affectif que l’on a entretenu avec ses parents, de l’éducation, mais aussi des expériences heureuses ou malheureuses vécues dans le passé. Pour restaurer sa confiance en soi, il faut retrouver un sentiment de sécurité intérieure. Tentez de nouvelles expériences en vous fixant des objectifs facilement atteignables et apprenez à savourer vos succès.

 

  1. Développez votre intuition. L’intuition est un instant de clairvoyance impromptu en provenance de votre inconscient. D’après le psychologue Richard Wiseman, les chanceux croient tous en leur karma et font confiance à leur intuition. Pour la booster, il suffit de se relaxer régulièrement en pratiquant la méditation ou la transe et de s’interroger avec honnêteté sur ses besoins, ses objectifs et son entourage. Il faut également apprendre à distinguer les faits des interprétations basées sur ses désirs et ses émotions.

 

  1. Créez-vous de nouveaux rituels. Les rituels sont des gestes porteurs d’une intention de changement. Nous devenons ce que nous avons l’habitude de faire. Il y a les rituels qui rythment le quotidien et il y a les rituels de célébrations. Plus les rituels réunissent de monde, plus les bénéfices sont généralement importants car ils sont le ciment de la communauté. Les rituels marquent de façon stable les grands moments de la vie et sont essentiels à la construction des individus. Pour garder toute leur saveur, ils doivent être modernisés et réactualisés au fil du temps. Pour instaurer un nouveau rituel, il faut le visualiser avec ses cinq sens et focaliser sur les bénéfices qui lui sont associés.

 

 

8 plantes bien-aimées des sorcières

 

Illustration d'Anne Suze représentant des plantes

©Anne Suze, alias Nouchka

 

L’aubépine

Elle était utilisée par les guérisseuses pour apporter apaisement, recentrage et fertilité. En tisane à partir de fleurs fraîches, elle permet de lutter contre l’anxiété ; en bouquet, elle apporte la paix chez soi.

 

Le gingembre

Il apporterait chance, vitalité et serait un booster de libido. Il suffirait de tenir un morceau de gingembre en faisant un vœu, de visualiser votre rêve et de jeter la racine dans un cours d’eau pour qu’il se réalise. Consommé en tisane, le gingembre a des propriétés antivomitives.

 

La grande ortie

On la jette au feu pour contrer une malédiction ou on en tient une branche dans sa main pour se protéger des fantômes. On peut aussi la consommer en soupe, en jus ou en tisane pour se purifier.

 

Le gui

Plante préférée des druides, elle les protégeait contre la malchance. On le brûle ou on le porte sur soi pour éloigner les maladies.

 

Le houx

Au Moyen-Âge, on pensait qu’il évitait la foudre, le poison et les esprits maléfiques. On en faisait des infusions pour asperger les nouveau-nés.

 

La pervenche

Surnommée « violette des sorcières », sa cueillette doit se faire essentiellement la première, la neuvième, la onzième ou la treizième nuit de lune. On en fait un bouquet que l’on place au-dessus de sa porte pour protéger le foyer et les liens du cœur en général.

 

La rose

On prend des bains avec de l’eau de rose pour faite agir un charme d’amour. Boire une tisane de boutons de rose avant d’aller se coucher ouvrirait la voie aux rêves prophétiques. Pour connaître son futur compagnon, on attribue à trois feuilles le nom d’un prétendant. La feuille qui reste verte le plus longtemps désigne l’heureux élu.

 

La mandragore

Puissant aphrodisiaque, la mandragore aurait aussi la réputation de soigner la stérilité et de porter chance en termes juridique et financier. A une autre époque, on pensait qu’elle pouvait rendre invisible, servir de sortilège ou constituer un talisman contre la sorcellerie. On la trouve encore aujourd’hui dans les boutiques ésotériques sous forme d’encens pour invoquer les esprits.

 

TOO#32

PARTAGER :

vous aimerez aussi

Calinôthérapie, et si on se [...]

Les secrets de l’éducation [...]

L’art de convaincre en 2 min[...]

Alone mais pas lonely

Je suis jalouse, mais je me so[...]

En bon mammifère, trouvez vot[...]

Laurence Zablocki, wedding pla[...]

Love secrets

Arrêtons de croire au prince [...]

Maîtrisez votre image par la [...]

Betty London x Parisgrenoble, [...]

Stand Up for African Mothers

Toutou connecté

Slinger bag : un sac qui lance[...]

Social bar : rendez-vous à Pa[...]

Bracelet antimoustiques

Une boîte pour cuisiner

Moulin à galçons

Leax : une démarche eco-frien[...]

Un juxebox 33 tours

Enceinte solaire

Moodo : diffuseur de parfums i[...]

Bonne Action

From Future, le luxe accessibl[...]

Roger Federer s’associe [...]

Méditation

Geneticancer

Diaïwaïe X fondation Le Pal [...]

Delacre par Kenzo Takada

Des vêtements d’école made[...]

Collab’ running

Eva Herzigova est la muse de Z[...]

SOS Figaret

Des bougies Maison Nérie

Milk For Monoprix

Leoca Femme

Poppik X Jean Bourget

Life is a Joke

Bonpoint Femme

Bonnes pratiques

Jolis dessous

Mariage en vue !

20 ans !

Nike Air Max

Tendance : carreaux

Staycation

Fila

Délices de soupes

Palerme

Asos X Glaad

Commerce responsable

Princesses

Solidaire

Irrévérencieux

Reine des neiges

La banane !

Livresque

Sentimental

Pratique

Inspirant

Régénérant

Voyageuse

Sécurisantes

Nature

Harmonieux

Néo-Vintage

Lumineuses

Maline

Nouvelles tendances food

Los Angeles Lifestyle

La Norvège

Tendance : l’argenté

Cream

Kaporal

Swedish Hasbeens

Jolies gambettes

Sneakers et rouge à lèvres

The Kooples x Playboy

Moschino x H&M

Uniqlo X Ladurée

Amour toujours…

Une gamme éco-responsable Gan[...]

Joli swimwear

Toms X Clare V.

Voyage urbain sur l’île Seg[...]

Fila X Weekday

Gémo X Lalaa Misaki

Une baguette à la mode

Mode et yoga

Une jolie collab pour la fête[...]

Tous fans de Teva !

Du surf et de la mode

Du nouveau chez Pullin !

Des baskets premium

Nouvelle égérie Morgan

Jolies lunettes

Mode made in Kenya

Supreme X Lacoste

Une poussette à la plage !

Chaussons d’enfant roi

Posca X Jean Bourget

Un petit marché en magasin

Pétanque et mode

Doudou craquant

Jolies parapluies

Mode vegan

Parfum & swimwear

IKKS for New Balance

Comme les stars

Neosens

Andy Rowsky

Superga

Morpho lunettes

Lagom

It-voyages

Veja

Uniqlo X Marimekko

Let’s travel Baby !

Egérie

Vive la mariée !

Solidarité

Tendance : les franges

D’utilité publique

So fresh

Réconfortant

Star-trekien

Réhabilitation

Des câlins

Robotique

Familities

Bien fait !

Parasol connecté

« Peanut sensor »

Aspi-moustiques

Partie de campagne

Jolies broches…

Naissance

Veja X Deyrolle

Bali

Bollywood dans nos assiettes

Les frimas de Paname…

Ash

Morpho robe

Safe

Ultra trendy

Tendance : le tailleur pantalo[...]

Recettes australiennes

Le Cambodge

Herschel supply

Quiche alors !

Cap sur Barcelone !

Tendance : peau retournée

Faire feu de tout bois

School Rag

Melvin & Hamilton

Morpho jean

Surmontez les épreuves

Doré ou argenté ?

Recettes hawaïennes

Habits de lumière

Majorque, une île magique

Des Super Girl chez Spartoo

French way to be sexy

Muse

La collab la plus cool de la s[...]

L.A.M.B X Burton

Faguo X I.Code

Lacoste

Champagne !

Un Opinel Le Coq ?

Manchettes gourmandes

Diptyque x Philippe Baudelocqu[...]

Du cidre !

Spirituel

Collab’

Rolling Stones et PSG

Tendance : baby doll

Escapade 5 étoiles

Hipanema / Amenapih

Lemon Jelly

Morpho maillot

Le K-Way

Recettes siciliennes

Portofino

Tendance : les imprimés 70&rs[...]

Envie de Cyclades

Superga

Mellow Yellow

Teva

Desserts régressifs

Cap sur Montréal !

Tendance : la cape

Luxe d’hiver

Sorel

La Cortez

La cuisine marocaine

Dublin

Tendance : velours

Kid power !

M. Moustache

TOMS

La Gazelle

Lee

Smash

Cuisine basque

Séville

Tendance : rayures multicolore[...]

50 Shades of Blue

Bensimon

Les bienfaits de la phytothér[...]

Miracle Morning

1789 Cala

Cuisine portugaise

Malte

Tendance : lilas

Minnetonka

Bunker

Bocage

Front de Seine

Magic Christmas

Les Maldives

Tendance : gold

Canada Goose

La méthode Konmari

Fashion tale

Recettes créoles

Vienne

Tendance : bleu ciel

La Stan Smith

Survivre à un chagrin d&rsquo[...]

Les destinations les plus pris[...]

Mezzés libanais

Testez l’auto-hypnose !

Tendance : les 70’s

Les Tropéziennes par M Belarb[...]

Saveurs indiennes

Berlin

Tendance : le denim

Le layering

Upla

Marrakech

Soupes maison, l’art de se f[...]

Tendance : le blanc en hiver

Billabong

Suncoo