AccueilSociétéBeauté

Beauté

Les stéréotypes ont la dent dure

Il paraît que la vraie beauté serait intérieure… Alors comment expliquer que l’apparence physique joue un tel rôle dans de nombreuses sphères de la vie sociale ? Il faut bien se l’avouer, la beauté peut être un sésame, mais rend-elle automatiquement heureux ?

too 41 dossier société beaux et moches
Getty Images/iStockphoto

Sois belle et tais-toi !

Les gens beaux sont souvent pris pour des coquilles vides narcissiques et les gens laids pour des personnes pleines de résilience qui comblent leur disharmonie physique par une gentillesse réconfortante.

D’un côté, la beauté physique se fane, suscite la jalousie et exige un travail pour la conserver tel un trésor. De l’autre, la beauté intérieure est durable et s’épanouit avec le temps. Quand l’apparence, belle ou laide, est immédiatement jaugée, la beauté intérieure, elle, s’évalue dans la durée.

A l’ère où tout est motif à selfie et la mise en scène du quotidien fait l’objet d’un culte, la beauté est devenue un véritable sacerdoce ; une quête sans fin qu’on obtient en trichant à coup de filtres, de retouches et de moues tout sauf naturelles. Pour les moches, l’idéalisation de soi sur la Toile est bien plus compliquée dans la mesure où aucune photo ne rendra facilement hommage à leur générosité, bonté, finesse d’esprit, bienveillance, ou encore leur sens de l’écoute…

Pourtant, la beauté intérieure est bien la promesse d’une deuxième rencontre à la manière d’une grenouille transformée en prince charmant, une belle surprise qui implique les notions de découverte, de privilège, voire de mystère dévoilé. La société a des modes de fonctionnement décidément bien cruels. L’ouvrage Psychologie des beaux et des moches sous la direction de Jean-François Marmion paru aux éditions Sciences Humaines explique pourquoi et comment les beaux et les moches ne sont pas logés à la même enseigne. Et si la beauté était finalement surévaluée ?

too 41 dossier société beaux et moches
too 41 dossier société beaux et moches

***

Grande bouche, mâchoires carrées, etc.

L’attirance que l’on éprouve face à un visage serait assez universelle quels que soient les origines ethniques, le sexe ou l’âge. Les dimensions de certaines composantes de notre minois et certaines formes de visages seraient communément jugées attractives.

Le canon de beauté actuel ? De grands yeux, un petit nez et une grande bouche. Chez la femme, les sourcils fins et hauts, ainsi que les pommettes seyantes seraient particulièrement appréciés, alors que pour l’homme, les sourcils broussailleux et une mâchoire carrée remporteraient tous les suffrages. Une multitude de caractéristiques rentrent ainsi en ligne de compte. La symétrie d’un visage et ses proportions proches de la moyenne de la population seraient des critères de beauté reconnus par l’ensemble des individus. Quant au maquillage et aux vêtements, ils ne seraient que des indicateurs pour situer socialement un individu. Bien sûr, les canons de beauté ont toujours varié suivant les époques et différent selon les cultures. Avec des constantes tout de même : la minceur, la couleur de la peau, la silhouette, les cheveux ou la pilosité. La beauté se référerait donc à une norme, celle de notre époque.

***

Beau et gros à la fois ?

Autre paradoxe : les plus beaux sont justement jugés « hors du commun ». Inconsciemment, on aurait également plus d’attentes envers une personne belle en termes d’intentions, de sociabilité et de confiance en soi.

Dans les médias et à la télévision, les beautés évoluent presque toujours dans un environnement de rêve, alors que les moches se cantonnent à un cadre à la banalité déconcertante. Ces derniers subissent donc des stéréotypes beaucoup plus négatifs. Selon plusieurs études menées outre-Atlantique, les personnes gâtées par la nature seraient toujours mieux évaluées au sein des entreprises et des écoles. Les individus en surpoids, par exemple, sont souvent perçus comme faibles de caractère, fainéants, négligents et complaisants envers eux-mêmes. Professionnellement, ils sont jugés comme peu dynamiques, moins compétents et moins productifs. Dans certains milieux même, la grossophobie est devenue acceptable. D’ailleurs, les programmes de télé-réalité n’hésitent pas à multiplier les amalgames. A contre-courant de cette tendance, le body positivisme qui encourage les femmes à s’accepter telles qu’elles sont peine à se faire réellement entendre.

too 41 dossier société beaux et moches
Getty Images/iStockphoto

***

Un an de ma vie pour un corps de rêve

Certaines époques ont fait l’apologie des rondes et d’autres ont plébiscité la minceur. Il n’en demeure pas moins que la minceur a souvent été associée à l’émancipation féminine et à la liberté de mouvement. Cet « idéal » a toujours taraudé les femmes qui ont la fâcheuse habitude de se comparer les unes aux autres. Moins contemporaine qu’on ne le croit, l’anorexie est d’ailleurs apparue dès le XIIe siècle associée à la religion catholique à travers les saintes jeunantes sur fond de procession et d’adoration.

Si, dans le passé, l’embonpoint a été synonyme d’opulence, la maîtrise de soi et de son assiette est aujourd’hui portée aux nues. Et avec le boom démographique, la surconsommation alimentaire et les problèmes environnementaux, cette tendance ne risque pas de s’inverser. Selon une étude menée auprès de 320 étudiantes par le Centre for Appearance Research de l’université de Bristol en Angleterre, 16 % des jeunes femmes interrogées seraient prêtes à donner un an de leur vie pour avoir un corps de rêve et 10 % d’entre elles plus de cinq ans ! Pour avoir une plastique irréprochable, 13 % d’entre elles seraient d’accord pour renoncer à 5 000 livres de salaire par an, 8 % à une promotion et 7 % à sacrifier leur santé. Enfin, 80 % des étudiantes interrogées voudraient perdre du poids, à raison de 7,3 kg en moyenne.

Elle est belle et lui, il a réussi.

too 41 dossier société beaux et moches
Getty Images/iStockphoto

Les théories évolutionnistes affirment que les critères de beauté ont été établis en fonction de la biologie et de l’espérance de vie des individus, la minceur étant souvent associée à une bonne hygiène de vie.

L’homme chercherait donc de façon inconsciente à s’accoupler avec une femme capable de lui prodiguer des enfants en bonne santé. N’en déplaise aux féministes qui dénoncent le fait que l’apparence physique nuise aux compétences et à la valorisation des talents de la gent féminine… En psychologie sociale, la beauté d’une femme est souvent comparée à la réussite professionnelle d’un homme.

Et les statistiques des sites de rencontre en apportent la preuve : le nombre de clics est proportionnel à la beauté de la photo de profil pour une femme, alors qu’il dépend de la situation professionnelle pour un homme… Et, contrairement aux idées reçues, si les belles femmes épousent des hommes riches, c’est que ceux-ci sont également plus beaux que la moyenne. Encore une fois, les beaux bénéficient sans cesse d’une surévaluation qui les projette indubitablement vers le haut de la pyramide sociale.

Normalisme esthétique des Gafas

Sur les réseaux sociaux, en mettant en ligne notre intimité nous exposons à notre cercle plus ou moins proche les plus belles images de notre quotidien pour qu’il puisse apprécier la saveur de notre vie, son intérêt et son unicité.

C’est ce que Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste, appelle l’extimité. Notre intimité, colonisée par la technologie, est sublimée par le normalisme esthétique des Gafas qui ont créé une multitude d’outils qui améliorent nos clichés pour mieux les formater. Ces grandes entreprises américaines ont ainsi industrialisé notre intimité.

Désireux de gagner du temps dans un monde qui va toujours plus vite, nous laissons les applications ad hoc codifier nos messages, sublimer nos photos grâce à des filtres et mettre en forme notre quotidien. Ivre d’une sociabilité devenue compulsive, notre intimité devenue collective peut même être taguée ou likée.

A ce rythme-là, on aura bientôt recours à la chirurgie esthétique pour ressembler à nos avatars sur Instagram… Sans en avoir conscience, nous nous attachons à respecter les codes de la communauté dans laquelle nous évoluons pour nous sentir aimés. Phénomène que décrit le théoricien de l’art et des médias Bertrand Naivin dans le livre de Jean-François Marmion : « Nous faisons de notre quotidien une fiction dont on espère qu’elle rencontrera le plus grand succès numérique possible. C’est la fin du spontané au profit d’une mise en scène totale, l’avènement d’une sociabilité numérique qui trahit une solitude et un déracinement grandissant » .

L’apparence, arme de destruction massive

Selon la professeure de philosophie Claudine Sagaert, depuis le début du XXème siècle, il y a eu une véritable inflation de l’apparence corporelle. Une guerre contre la laideur s’est en quelque sorte engagée.

Les femmes jugées disgracieuses n’ont jamais été aussi discriminées et stigmatisées, comme si elles devaient avoir honte du spectacle qu’elles donnent à voir. Depuis la démocratisation de la chirurgie esthétique et la mode des régimes, la laideur est considérée comme un laisser-aller, voire l’expression d’un mépris de l’autre. Le corps est ainsi devenu une entité ouverte, transformable ou remodelable. Avec l’accroissement de l’espérance de vie, c’est une sorte de capital dont il faut prendre soin, un chantier qu’il faudra remodeler plusieurs fois au cours de sa vie. On nous gave d’ailleurs d’injonctions : « faites du sport », « mangez 5 fruits et légumes par jour », « un esprit sain dans un corps sain », « mangez bio pour être beau ».

Ce mode de fonctionnement condamne ainsi les femmes laides à l’inexistence comme l’explique Claudine Sagaert : « Résumées à leur apparence, les moches finissent elles-mêmes à s’entrevoir comme hideuses. Dans une société normée avide de beauté, l’apparence devient alors une arme de destruction massive pour l’estime de soi. Il suffirait pourtant de s’ouvrir à d’autres critères de beauté pour voir derrière chaque disharmonie, charme ou signe distinctif attachant. Heureusement l’illusion positive est l’une des clés de réussite des couples ». Ainsi, au sein du couple, de nombreux partenaires sous-estiment leur beauté et surestiment celle de leur conjoint créant, par ce dysfonctionnement, un équilibre et une sécurité affective nécessaires à l’épanouissement. Contrairement aux idées reçues, ce n’est pas toujours les personnes les plus belles qui reçoivent le plus d’amour, mais celles qui sont idéalisées par leur moitié.

TOO#41

D'autres articles parlent de :  ,  ,  ,  ,  ,  , 

Vous aimerez aussi...

montage photo article métal et argent

Le métal et l’argent au cœur des tendances 2024

JB Martin X Femmes Solidaires

JB Martin x Femmes solidaires

montage photo campagne enfant luxe

La place des collections enfant dans le monde du luxe

AMREF X SPARTOO

Spartoo x AMREF : une belle histoire qui dure depuis 10 ans

montage photo campagne Nouvel An chinois.

Comment les Maisons célèbrent-elles le Nouvel An chinois ?

TOO52 New Era

CULTE : New Era

luxe / seconde main / mode

Quelle place a la seconde main dans l’industrie du luxe ?

Montage photo marques made in france

Comment affronter le froid de l’hiver tout en étant éco-responsable

Photo de la marque Fericelli

Soldes d’hiver : les « prix libres » à la mode

Montage photo produits skincare tendance en ce début d'année

Prendre soin de sa peau : les tendances skincare de ce début d’année

MP-marketplacedespartoo

La marketplace de Spartoo fête ses 10 ans

montage photo paris Fashion Week Automne-Hiver 2024-2025

Fashion Week de Paris 2024 : à quoi doit-on s’attendre de la part des Maisons ?

Soldes : comment bien gérer son budget ?

montage photo sac demi lune trench coat et mocassins

Lancement des soldes : Les indispensables à ne pas manquer

soldes

Près de 30 % des Français envisagent de renoncer aux soldes

TOO 52 Clare V x Monoprix

Clare V. chez Monop’

TOO52 conseils coiffure

Morpho coiffure

Bonne-annee-2024

Bonne année 2024 !

TOO 52 Rose Carmine

Des pulls Rose Carmine pour hommes

TOO52 Converse x Alexis Sablone

Converse et Alexis Sablone pour les JO

Cadeau de seconde main

Cadeaux de seconde main à Noël, pour ou contre ?

TOO 25 Spy X Family chez Bershka

Spy X Family en mission chez Bershka

TOO52 Hoka Brain Dead

Hoka X Brain Dead

Sequins, paillettes : les pièces mode incontournables à porter pour les fêtes

TOO52 Seecly

Seecly : la seconde vie des lunettes

TOO52 Scholl Iconic

Scholl Iconic se pique de design avec GmbH

Spartoo la mode autrement / Mode responsable

Spartoo vers une mode éthique et éco-responsable

TOO52 Le Parapluie Cherbourg x Inès de la Fressange

Le Parapluie de Cherbourg X Inès de La Fressange 

TOO52-tendances-AH23-Spartoo

Tendances AH23 Spartoo

offre petits prix

Plongez dans la féerie de Noël

TOO 52 Blanc Bonnet

Blanc Bonnet prend l’ascendant

TOO52 New Era baseball

New Era reprend les bases du baseball

Spartoo récompensé pour son engagement RSE

Spartoo récompensé pour son engagement RSE

Wrangler X Sandro

Wrangler X Sandro

TOO52 interview Tann's

Interview : Tann’s

Pull de Noël

Le pull de Noël, la nouvelle pièce mode ?

TOO52 box cheerz petit bateau

Une box Cheerz X Petit Bateau

IA Desigual

Desigual fait bosser l’IA

Seconde main

Les plateformes incontournables de la seconde main

TOO52 H&M Zlatan

H&M et Zlatan

TOO 52 Aubade x Luz

Aubade x Luz : une ligne aussi sport que sexy

De la décoration sur Spartoo

De la décoration d’intérieur sur Spartoo !

TOO52-Amalys

Amalys, une marque au grand cœur

Easy Peasy Deboo

Easy Peasy innove avec les Deboos

Spartoo : l'offre la plus large du web

Spartoo : l’offre mode la plus large d’Europe

Skechers Snoop Dogg

Skechers x Snoop Dogg

GBB Flexoo

GBB lance les Flexoo

Easy Peasy s'engage pour la biodiversité

Easy Peasy protège la biodiversité

TOO52-clarks-eastpak

Clarks x Eastpak

tendances défilés AH23

Les tendances AH23 vues aux défilés