AccueilSociétéDossier : la belle vie à portée de main

Dossier : la belle vie à portée de main

Selon une étude scientifique longitudinale d’Harvard menée pendant 80 ans auprès de deux générations d’individus, les clés de l’accomplissement ne se trouvent évidemment pas dans les injonctions sociales. Elles sont là, à portée de main ! Suivez le guide…

TOO 51 Dossier la belle vie partie 1
illustration Anne SUZE, alias Nouchka

L’étude de Harvard sur le développement des adultes est issue d’un protocole scientifique qui a été mené pendant plus de 80 ans auprès de 724 individus et leurs 1 300 descendants. Les docteurs Robert Waldinger, professeur de psychiatrie à la Harvard Business School, et Marc Schulz, professeur de psychologie au Bryn Mawr College, forment la quatrième équipe de direction en charge de cette étude. Dans leur livre The Good Life (devenu best-seller outre-Atlantique), ils décryptent les résultats de leur étude et partagent ses enseignements. Ils se sont focalisés sur le bien-être et la santé de l’être humain en associant des résultats médicaux, des trajectoires personnelles, des sagesses ancestrales et des outils concrets qui prouvent que le bonheur ne rime pas avec réussite et succès financier, mais surtout avec capacité de résilience, interactions de qualité, générosité dans l’être et sensation d’accomplissement. Aimer, être aimé et avoir la sensation d’avoir été utile à la société ou à ses proches nous rendraient bien plus heureux que la réussite financière et les titres ronflants. Mieux qu’une thérapie, ce livre sur la condition humaine universelle nous prouve que nous détenons les clés pour réussir notre vie. Une bouffée d’optimisme que vous aurez plaisir à dévorer sur la plage ! La belle vie à portée de main, en somme, et il n’est jamais trop tard pour en jouir pleinement.

« Mesurer » le bonheur

En 2007, une enquête réalisée aux États-Unis portait sur les principaux objectifs des milléniaux : 73 % d’entre eux avaient répondu qu’ils voulaient devenir riches et 50 % qu’ils espéraient devenir célèbres. Dix ans après, les réponses des mêmes individus étaient bien différentes : ils ne voulaient plus connaître la célébrité, mais gagner de l’argent, réussir leur vie professionnelle et avoir payé leurs dettes. La société occidentale dans laquelle nous évoluons nous formate à juger le bonheur par la réussite professionnelle et l’argent. À peine savons-nous balbutier quelques mots que nous sommes questionnés sur notre métier à l’âge adulte, comme s’il définissait notre identité. La réussite dans la vie est jaugée sur le titre, le salaire et les réalisations professionnelles. Mais cela ne suffit pourtant pas à « mesurer » le bonheur d’une vie.

Épreuves, sens et but

Comme le font remarquer les deux auteurs, la société nous bombarde d’injonctions sur ce qui nous rendra heureux et sur ce que nous devrions souhaiter dans l’existence. En outre, la vie magnifiée de nos relations et de nos amis sur les réseaux sociaux ne fait que renforcer le sentiment que nous sommes passés à côté de quelque chose, que nous ne sommes pas à leur hauteur et que le bonheur est hors de portée. Paradoxalement, une vie riche est une vie qui s’est façonnée, qui s’est forgée à travers les épreuves petites et grandes. À l’Antiquité, Aristote employait le mot Eudaimonia pour désigner un état de bien-être profond dans lequel une personne sent que son existence a un sens et un but. L’eudémonisme se différencie de l’hédonisme, qui s’apparente à une notion de bonheur éphémère. Ressentir un sentiment d’accomplissement à la fin de sa vie tiendrait finalement dans la sensation que notre vie méritait d’être vécue malgré les moments difficiles et les obstacles. La valeur que vous lui donnez à la fin du parcours est finalement le seul véritable indice de réussite…

TOO 51 Dossier la belle vie partie 1
illustration Anne SUZE, alias Nouchka

Sentiment d’être connecté aux autres

Depuis le début de l’étude lancée en 1938, le but d’Harvard n’était pas de comprendre ce qui rendait les gens malades, mais bien au contraire pourquoi ils allaient bien. Cette étude longitudinale n’est pas rétrospective, mais prospective : elle ne fait pas appel à la mémoire de l’individu, mais se focalise sur ce qu’il vit à l’instant T. L’ensemble du protocole est un succès car il a su fidéliser ses participants pendant quatre-vingt-quatre ans avec un taux de participation, donc de fidélisation, de 84 %. Certains de ses participants sont suivis depuis 1941. Dans toutes les études longitudinales menées dans le monde, parmi les prédicteurs de la santé et du bonheur apparaissent toujours l’alimentation saine, l’exercice physique, le niveau de revenu, mais aussi la qualité des relations entretenues avec son conjoint, sa famille, ses amis et ses voisins. La santé, surtout en vieillissant, est directement corrélée avec les relations sociales. Le sentiment d’être connecté aux autres à 50 ans serait, d’après les résultats de Harvard, un gage de bonne santé à 80 ans.

Sociabilité et patrimoine génétique

A contrario, plus vous entretenez des situations conflictuelles, plus vous augmentez les risques de maladie et notamment de dépression. Ce n’est pas surprenant puisqu’une interaction positive déclenche un sentiment de sécurité et de bien-être, ce qui réduit notre excitation physique. Si les humains ont survécu à l’époque préhistorique, c’est qu’ils étaient des êtres sociaux qui savaient faire preuve de coopération. Ce besoin social est inscrit dans notre patrimoine génétique. On vivrait d’ailleurs mieux en apportant du bonheur aux autres, qu’en s’en prodiguant soi-même. Le travail n’a d’ailleurs véritablement de valeur que s’il est significatif pour les autres. Par ailleurs, on négligerait trop souvent les sources de bonheur qui se trouvent à portée de main au profit d’une présumée réussite sociale et professionnelle car on associe beaucoup trop souvent l’accomplissement à l’argent. Une étude menée dans un train dans une grande banlieue américaine a prouvé que les prédictions affectives étaient très souvent erronées et que nous minimisons toujours la portée positive d’une interaction avec autrui. Sous prétexte de se protéger des désagréments possibles liés aux côtés imprévisibles des relations, on s’empêcherait souvent de vivre le bonheur d’être connectés aux autres. De même, les jugements de valeurs et de pratiques inhérentes à chaque culture (dans laquelle nous avons baigné depuis notre naissance) jouent les trouble-fête et nous empêchent d’être l’animal social qui sommeille en nous.

L’argent, un moyen de survie mais pas un gage de bonheur

D’après l’étude Deaton et Kahneman sur la corrélation du bonheur et de l’argent, une fois qu’on a dépassé le seuil de pouvoir satisfaire nos besoins fondamentaux et d’avoir un sentiment de sécurité, l’argent semble peu important, voire pas du tout, pour atteindre le bonheur. Si chaque denier compte pour les revenus les plus bas car l’argent est synonyme de survie, de sécurité et de douleur émotionnelle lié au manque de contrôle, dès que l’on mène une vie vraiment confortable, l’argent devient une valeur plus abstraite qui se rapporte à la notion de statut et de fierté. S’il est un moyen pour atteindre ses objectifs personnels, c’est généralement que ces derniers ont un rapport au bonheur d’autrui. Si vous demandez à un homme de plus de 80 ans de quoi il est le plus fier, il y a de forte chance qu’il vous parle de sa famille et de la réussite de ses enfants plutôt que de la fortune qu’il a accumulée.

TOO 51 Dossier la belle vie partie 1
illustration Anne SUZE, alias Nouchka

TOO #51

Lire aussi notre article « Comment booster sa sociabilité« .

D'autres articles parlent de :  ,  ,  ,  ,  ,  , 

Vous aimerez aussi...

montage photo article métal et argent

Le métal et l’argent au cœur des tendances 2024

JB Martin X Femmes Solidaires

JB Martin x Femmes solidaires

montage photo campagne enfant luxe

La place des collections enfant dans le monde du luxe

AMREF X SPARTOO

Spartoo x AMREF : une belle histoire qui dure depuis 10 ans

montage photo campagne Nouvel An chinois.

Comment les Maisons célèbrent-elles le Nouvel An chinois ?

TOO52 New Era

CULTE : New Era

luxe / seconde main / mode

Quelle place a la seconde main dans l’industrie du luxe ?

Montage photo marques made in france

Comment affronter le froid de l’hiver tout en étant éco-responsable

Photo de la marque Fericelli

Soldes d’hiver : les « prix libres » à la mode

Montage photo produits skincare tendance en ce début d'année

Prendre soin de sa peau : les tendances skincare de ce début d’année

MP-marketplacedespartoo

La marketplace de Spartoo fête ses 10 ans

montage photo paris Fashion Week Automne-Hiver 2024-2025

Fashion Week de Paris 2024 : à quoi doit-on s’attendre de la part des Maisons ?

Soldes : comment bien gérer son budget ?

montage photo sac demi lune trench coat et mocassins

Lancement des soldes : Les indispensables à ne pas manquer

soldes

Près de 30 % des Français envisagent de renoncer aux soldes

TOO 52 Clare V x Monoprix

Clare V. chez Monop’

TOO52 conseils coiffure

Morpho coiffure

Bonne-annee-2024

Bonne année 2024 !

TOO 52 Rose Carmine

Des pulls Rose Carmine pour hommes

TOO52 Converse x Alexis Sablone

Converse et Alexis Sablone pour les JO

Cadeau de seconde main

Cadeaux de seconde main à Noël, pour ou contre ?

TOO 25 Spy X Family chez Bershka

Spy X Family en mission chez Bershka

TOO52 Hoka Brain Dead

Hoka X Brain Dead

Sequins, paillettes : les pièces mode incontournables à porter pour les fêtes

TOO52 Seecly

Seecly : la seconde vie des lunettes

TOO52 Scholl Iconic

Scholl Iconic se pique de design avec GmbH

Spartoo la mode autrement / Mode responsable

Spartoo vers une mode éthique et éco-responsable

TOO52 Le Parapluie Cherbourg x Inès de la Fressange

Le Parapluie de Cherbourg X Inès de La Fressange 

TOO52-tendances-AH23-Spartoo

Tendances AH23 Spartoo

offre petits prix

Plongez dans la féerie de Noël

TOO 52 Blanc Bonnet

Blanc Bonnet prend l’ascendant

TOO52 New Era baseball

New Era reprend les bases du baseball

Spartoo récompensé pour son engagement RSE

Spartoo récompensé pour son engagement RSE

Wrangler X Sandro

Wrangler X Sandro

TOO52 interview Tann's

Interview : Tann’s

Pull de Noël

Le pull de Noël, la nouvelle pièce mode ?

TOO52 box cheerz petit bateau

Une box Cheerz X Petit Bateau

IA Desigual

Desigual fait bosser l’IA

Seconde main

Les plateformes incontournables de la seconde main

TOO52 H&M Zlatan

H&M et Zlatan

TOO 52 Aubade x Luz

Aubade x Luz : une ligne aussi sport que sexy

De la décoration sur Spartoo

De la décoration d’intérieur sur Spartoo !

TOO52-Amalys

Amalys, une marque au grand cœur

Easy Peasy Deboo

Easy Peasy innove avec les Deboos

Spartoo : l'offre la plus large du web

Spartoo : l’offre mode la plus large d’Europe

Skechers Snoop Dogg

Skechers x Snoop Dogg

GBB Flexoo

GBB lance les Flexoo

Easy Peasy s'engage pour la biodiversité

Easy Peasy protège la biodiversité

TOO52-clarks-eastpak

Clarks x Eastpak

tendances défilés AH23

Les tendances AH23 vues aux défilés