AccueilSociétéLe Sisu, ou l’art du savoir-être finlandais

Le Sisu, ou l’art du savoir-être finlandais

Intraduisible en français, le Sisu plane sur l’art de vivre finlandais. C’est à la fois une vertu et une philosophie de vie que partagent les Finlandais dans leur quotidien, mais aussi pour faire face à des situations où l’homme est contraint de se dépasser. Le livre de Joanna Nylund met le Sisu à l’honneur et nous invite à nous en inspirer pour gagner en résilience, force intérieure et détermination.

TOO50-Sisu
TOO50-Sisu

Le sisu a été popularisé dans les années 1920 et se définit par un mélange de courage, de résilience, de cran, de stoïcisme, de ténacité́ et de persévérance, ce qui a façonné́ le destin de la nation et la vie quotidienne des Finlandais. Difficile à définir comme la plupart des constructions culturelles, son mystère est entretenu par l’extrême discrétion et l’impassibilité́ des Finlandais. Dans son joli livre Sisu, l’art finlandais du courage, paru aux éditions de l’Homme, Joanna Nylund nous enseigne comment appréhender le sisu pour améliorer notre vie et celle de notre progéniture

Force intérieure indéchiffrable

Le sisu fait partie de la langue finlandaise depuis cinq cents ans. Il désigne littéralement les tripes. Cette signification se baserait sur une croyance très ancienne selon laquelle la force proviendrait du ventre. Pour la militante sociale Emilia Lahti, le sisu se définit comme « l’aptitude de tous les humains à dépasser leurs limites perçues et à exploiter leur réserve de courage ». Quand nous avons envie de renoncer, il est le second souffle qui nous pousse en avant. Il serait aussi l’une des explications du bonheur finlandais car il aurait des vertus positives sur la communauté. Le sisu se transmet de génération en génération mais aussi, dans le quotidien, d’une personne à l’autre, car derrière cette force intérieure indéchiffrable, il y a toujours une détermination ou un dessein qui force l’admiration. Sisukkaasti, « agir avec sisu », ou sisukas, « avoir beaucoup de sisu », sont des qualités très estimées mais restent des fiertés discrètes car il n’y a pas plus grosse tare pour un Finlandais que la vantardise. Le sisu fait partie du patrimoine culturel finlandais au même titre que le sauna et le salmiakki, les bonbons salés à la réglisse si prisés des Finlandais.

TOO50-Sisu
iStock

Clé de la victoire contre les Russes

Face à la maladie, la perte d’emploi ou le deuil, nous traversons toujours une période de sidération. Pour Emilia Lahti, « le sisu commence là où la force perçue s’épuise. Le sisu intervient lorsque le destin semble s’être ligué contre vous et qu’il semble impossible de triompher des circonstances ». Sa plus belle illustration a été révélée au monde à l’automne 1939, quand le pays a été envahi par l’Union soviétique. Les Russes disposaient d’effectifs au moins trois fois supérieurs, trente fois plus d’avions et cent fois plus de chars. Cette année-là, l’hiver était particulièrement rude avec des températures avoisinant les -43 °C. Par ailleurs, les soldats mobilisés ne possédaient ni armes, ni uniformes. Les Finlandais ont dû rassembler tout leur courage et toutes leurs forces pour résister face à l’ennemi et triompher : ils étaient d’excellents skieurs de fond, savaient se camoufler avec des tenues blanches pour ne pas se faire repérer sur la neige, agir en petits groupes façon guérilla et combattre le froid en cumulant les vêtements. Ce qui différenciait les Finlandais des Soviétiques, relate l’historien William R.Trotter dans son livre A Frozen Hell, c’est indubitablement leur sisu. Morale de l’histoire ? Lorsqu’on semble faire face à une situation désespérée, mieux vaut sortir des sentiers battus pour trouver des solutions innovantes et tirer parti de ce qui paraît être nos faiblesses. Les Finlandais disent qu’il faut se braquer (tenir bon) pour ne pas capituler. Pour Joanna Nylund, quand Churchill a proclamé son célèbre « Nous ne nous rendrons jamais », il a fait appel au sisu des Britanniques.

Bravoure dans la nuit polaire

Pour faire face à une situation qui exige de la bravoure, l’auteure nous prodigue trois précieux conseils. La première relève de la préparation. Plus la situation vous rend nerveux, plus elle exige d’anticipation, donc prenez soin de vous ! Quand on fait face à un contexte difficile, il faut, plus que jamais, dormir suffisamment, s’oxygéner en extérieur et manger sainement. Dès que des occasions se présentent, aménagez-vous des pauses zen en pratiquant la méditation ou la respiration profonde en pleine nature pour faire taire les bruits parasites qui vous étouffent. C’est la meilleure recette pour retrouver calme et lucidité́. Il faut savoir que le sisu s’expliquerait en partie par l’environnement hostile dans lequel les Finlandais évoluent. La rudesse du climat est sans égale avec des températures jusqu’à -30 °C l’hiver et de 0 à 25 °C l’été. Par ailleurs, les journées sont soit ultra courtes l’hiver, soit ultra longues l’été. On parle de 24 heures d’ensoleillement au nord de la Finlande l’été (contre 19 heures au sud) et, au maximum, de 6 heures d’ensoleillement l’hiver (et seulement au sud). La nuit polaire (kaamos) est la période de 50 jours durant laquelle le soleil ne s’élève pas au-dessus de l’horizon au-delà du cercle arctique, soit dans la partie la plus septentrionale de la Finlande.

TOO50-Sisu
iStock

Techniques d’hibernation et rendez-vous solaires

Conscients des TAS (troubles affectifs saisonniers) qui les guettent, les Finlandais hibernent en famille ou entre amis à grand renfort de bougies, de feux de cheminée, de jeux de société, de films et de boissons revigorantes. Ils fréquentent également assidûment les saunas (leur bouée de sauvetage hivernale) que l’on retrouve absolument partout : à la maison, dans des spas municipaux, mais aussi au sein des entreprises. Par ailleurs, les lampes de luminothérapie fleurissent çà et là dans les open-space des grandes sociétés d’Helsinki. Les Finlandais habituent très jeunes leurs enfants à être en extérieur quels que soient le temps ou l’heure du jour. Une fois bien emmitouflé, on peut affronter sans craintes la pluie ou la neige. L’air sain et le froid revivifient en moins d’une demi-heure. D’ailleurs, faire faire la sieste en extérieur à son bébé est une pratique finlandaise courante et réputée très saine. Mais malgré toutes ces stratégies, l’hiver est long et laisse le pas à des mois entiers de grisaille et de gadoue saupoudrés de neige mouillée en demi-saison. C’est ce qui explique que les Finlandais sont tous de sortie, bravant le blizzard, dès les premiers rayons chauds du soleil, emmitouflés dans des plaids, thermos de café à la main. D’ailleurs, dès qu’il fait beau, rester chez soi est considéré comme un sacrilège et les activités atteignent des niveaux paroxystiques. En été, les Finlandais fêtent tous le vappu (le printemps) et le juhannus (le solstice d’été). Si le vappu donne lieu à d’immenses pique-niques à grand renfort de hot dog, de barbes à papa, de champagne et de ballons, le juhannus se passe sur la plage, autour d’un feu de joie (le kokko) pour boire et dîner au soleil de minuit.

Pouvoir antidépresseur des grands espaces

Descendants de paysans, les Finlandais disposent de quelque 187 000 lacs et 179 000 îles. L’ours brun, le plus grand prédateur d’Europe, est d’ailleurs l’animal national. Chaque famille ou presque possède, de près ou de loin, un mokki, chalet d’été au confort rudimentaire pour vivre quelques semaines au plus proche de la nature. Plus le mokki est difficile d’accès (en bateau, par exemple), plus il est prisé. Les Finlandais les plus nantis détiennent même l’île sur lequel est situé leur chalet. Au menu de ces semaines à l’écart de la civilisation ? Baignade, pêche, marche, cueillette et promenades en bateau. Si les mokkis sont rarement équipés en électricité et en eau, ils bénéficient généralement d’une cuisinière et d’un foyer pour se réchauffer. Pour les Finlandais, la nature est comme une extension de leur salon. Naturalistes à l’extrême, toujours curieux de la faune et de la flore, ils attribuent des pouvoirs antidépresseurs aux grands espaces. La détox numérique est d’ailleurs un sujet de conversation récurrent à leur table à l’approche du printemps.

TOO#50

Pour lire la suite, c’est ici.

D'autres articles parlent de :  ,  ,  ,  ,  ,  ,  ,  , 

Vous aimerez aussi...

Les tendances voyages

Tendances voyages 2024

photo articles maillots de bain

Les maillots de bain les plus tendance pour la saison

photo cacatoès

CACATOÈS : la petite brésilienne qui monte, qui monte

article Lacoste

CULTE : le polo LACOSTE

article Telfar & Melissa

Melissa x Telfar, l’effortless incarné accessoire

article Jacquemus x Nike

Nike x Jacquemus : deuxième opus !

Riyadh air Ashi

Riyadh Air s’envole avec Ashi pour ses nouveaux uniformes

article manoyas

Manoyas : des talismans avec supplément d’âme

article fête des pères

Top 5 des cadeaux à offrir pour la fête des pères

photo article étam

Pour les JO, Etam donne carte blanche à 6 championnes

article Billabong TOO 53

Billabong : S.O.S récifs

cadeau mariage

8 cadeaux de mariage pour faire sensation

photo article & Other Stories

Savoir by & Other Stories, entre rêve et poésie

Vacances : 3 destinations tendances cet été 2024

photo article palladium

Palladium : un trio de baskets stars

photo article converse TOO53

Converse nous met les pieds au carré

tendance tenniscore

Jeu, set et match côté style avec la tendance tenniscore

João Incerti : délire tropical chez Monoprix

article produits été

Les produits de beauté indispensables pour l’été

article billieblush

Billieblush, good mood depuis 10 ans

article Wolford

Wolford : 3 leggings aux pouvoirs magiques

photo article fete des mères

Quels cadeaux offrir à sa maman pour la fête des mères ?

article Skechers x Vexx

Skechers x Vexx : plongée pop

photo article Studio Twist

Spartoo x Studio Twist : la collaboration de la saison

photo article parapluie

NEO x Parapluie de Cherbourg : le pébroc le plus robuste et léger du marché

photo Magtoo 53

Franck Pellegrino prend la Wallabee à la lettre

Photo défilé croisière Chanel 2024

La place des collections croisière dans la mode

Desigual x Christian Lacroix TOO53

Desigual x Christian Lacroix : le mouvement sacré du printemps

photo montage met gala

Qu’est-ce que le Met Gala ?

photo Georgina Rodriguez

Georgina Rodriguez, diva fifties pour Guess

TOO53-SERIEMODE Tendances PE24 Spartoo

Tendances PE24 Spartoo

TOO53-newsmode-Macon&Lesquoy-x-Topologie

Macon&Lesquoy x Topologie

TOO53-SEXO-plan-à-trois

Plan à trois

TOO53-newsmode-du-goth-western-chez-Dr.-Martens

Du goth-western chez Dr. Martens

photo article tenues mariage

Comment s’habiller quand on est invité à un mariage ?

TOO53-newsmode-design-Laurent-Badier

Le design scolaire et nostalgique de Laurent Badier

photo article skincare et serum

Top 5 des meilleurs sérums pour donner bonne mine

TOO53-newsmode-baskets-Nach-x-Meeko

Baskets Nach x Meeko

montage photo mocassins

Top 5 des mocassins les plus tendance du moment

TOO53-newsmode-Pac-Man-x-Sushishop

Pac-Man x Sushishop

Les égéries dans la mode

Les égéries de mode : un symbole pour les marques

TOO53-newsmode-Timberland-x-Charles-F-Stead

Timberland x Charles F Stead

65% des Français déclarent que le e-commerce a un impact positif sur leur quotidien

Trois idées de tenues pour un style minimaliste

Trois idées de tenues pour adopter le style minimaliste

Z:\a.fontaine\0 WORDPRESS\Contenu du site\TOO 53\visuels redimensionnés

Les tendances PE24 vues aux défilés

Montage photo perles

Les perles : retour en force dans l’univers de la mode

Collection luxe PE 24 Spartoo

Le secteur du luxe mise sur l’innovation

Photo dressing

Comment choisir la robe de cérémonie parfaite pour cette saison ?

Montage photo poissons d'avril

Les 5 meilleurs poissons d’avril 2024 des marques

La construction d’un éco-score pour évaluer l’impact environnemental des vêtements